Éditorial de la chronique

Editorial

“Un homme un jour vendra l’almanach de l’an de l’apocalypse et tout sera dit en ce livret des quatre saisons dernières et du dernier minuit sans nouvel an, du dernier dimanche sans lundi – car le dernier jour tombera juste un dimanche. Tout sera dit du cours inutile de l’or et de l’ordre des secousses dans les astres. […] Tout sera dit. Mais qui lira cet opuscule ? Cet almanach dont je crois voir la couverture et le format, nul passant ne l’achètera. L’homme qui le colportera dans le monde mercantile, colportera l’inattendu” (Claude-Henri Roquet1).
En vérité, il s’effeuille à un rythme accéléré, ce livret des quatre saisons dernières , tant les signes de détresse se multiplient ! Or nous ne nous soucions guère de ce dernier minuit sans nouvel an, est-ce possible ? ni de ce dernier dimanche sans lundi… Tels les contemporains de Noë, nous ne croyons pas au déluge et nul n’achètera cet almanach d’apocalypse…
Mais nous entrons consciencieusement dans une nouvelle année liturgique qui, elle, nous conduira de commencements en commencements, vers la fin des temps, car la liturgie, mystérieusement nous fait participer à l’éternité de Dieu et nous y prépare.
Au cœur de l’hiver elle nous conduit à la rencontre d’un Enfant de lumière, Dieu lui-même venu à notre rencontre.
“À Dieu qui vient à notre rencontre dans l’Enfant Jésus, les bergers répondent en se mettant en route vers Lui, pour une rencontre d’amour et d’étonnement reconnaissant. C’est précisément cette rencontre entre Dieu et ses enfants, grâce à Jésus, qui donne vie à notre religion, qui constitue sa beauté unique et qui transparaît de manière particulière à la crèche” (Pape François).

C’est précisément cet Enfant et Lui seul avec ceux qui lui ressemblent, qui peut changer le monde.
“Dans la nuit du monde, laissons-nous [donc] encore surprendre et illuminer par cet acte de Dieu, qui est totalement inattendu: Dieu se fait Enfant. Laissons-nous émerveiller, illuminer par l’Etoile qui a inondé l’univers de joie”(Benoît XVI).
Avec la prière fervente, l’amitié et la gratitude des moniales qui vous souhaitent un heureux Noël et une nouvelle année de grâces.