Chantier de décembre 2015

    Chers amis bâtisseurs,

    Comme nous vous l’annoncions dans notre dernière chronique, « un défi était lancé aux plâtriers, aux peintres et aux électriciens : achever leur prestation avant Noël pour permettre le démontage de l’échafaudage, étape décisive pour la poursuite des opérations au sol. » Le défi a été relevé et l’échafaudage est en cours de démontage révélant à nos regards émerveillés le vaisseau de la nef mis en valeur par un éclairage très étudié et par la peinture à la chaux qui répondent tout à fait à notre attente. Les trois nouveaux vitraux permettent à la lumière d’entrer largement donnant à la dalle de verre tout son éclat.

    Grâce à sa grande maîtrise et à son goût inné de l’art roman, Monsieur Vidal a très bien réussi  l’arc surbaissé de la tribune qui adoucit les lignes de l’architecture. Le plafond de l’escalier aussi nous fait découvrir les multiples possibilités du plâtre. L’entreprise de pierres est revenue faire les encadrements sous le narthex afin de pouvoir terminer les enduits mais l’arrivée de l’hiver risque de reporter ce travail au printemps quand le temps sera plus clément. L’électricien poursuit avec zèle l’installation des luminaires, avant le grand travail de mise au point. Nous avons opté pour un système un peu élaboré qui doit permettre une meilleure gestion de la lumière en combinant, grâce à un automat, la commande et le réglage de l’éclairage en fonction de l’intensité de la lumière naturelle, de la présence de personnes, des horaires : protocole Dali.

    Le mois de janvier verra la pose du chauffage au sol et le coulage de la chape qui devra sécher quatre semaines au moins avec une mise en chauffe progressive. Dallage et aménagements feront l’objet du prochain numéro.

    Chers amis, le chantier a bien avancé cette année, mais il n’est pas terminé. Nous sollicitons encore votre aide et votre soutien. Participer à la construction d’une église prend une force particulière en ces jours sombres. Nous le chantons en ce temps de l’Avent : «  le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière, sur les habitants du pays de l’ombre une lumière a resplendi. » La joyeuse clarté des vitraux dans la nuit de notre petite vallée est déjà un signe, si modeste soit-il, de la certitude de l’espérance qui l’emporte sur la nuit de l’histoire. La ferveur de notre prière à toutes vos intentions est à la mesure de notre reconnaissance, immense. Merci de collaborer à cette grande œuvre. Que Dieu répande à profusion sa miséricorde sur toutes vos familles et ouvre les cœurs au don de la paix selon le chant angélique : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et Paix sur la terre. »