Chantier de décembre 2016

    Chers amis bâtisseurs,
    Ces dernières semaines ont été marquées par une intense activité. Les déménagements en chaine, prévus en octobre, ont pu être réalisés dans de très bonnes conditions grâce au zèle de nos fidèles entreprises ariégeoises.
    Le 28 septembre, Monsieur Jean Daldosso, facteur d’orgue qui a construit notre orgue allemand il y a vingt ans, vient le démonter en un temps record, pièce par pièce et tuyau par tuyau, et le range soigneusement pour quelques semaines en attendant de pouvoir le remonter dans l’église en novembre.
    L’ancienne chapelle appelée à devenir le réfectoire fait l’objet d’une restructuration grâce à la compétence et à l’indéfectible dévouement de nos artisans. La tribune est cloisonnée, laissant la mezzanine apparente pour garder son caractère au réfectoire. L’arrivée de l’escalier est modifiée avec un art remarquable. Deux espaces sont ainsi créés : sur la tribune la pièce des archives, et dessous la pièce des coulles (vêtement liturgique que nous revêtons pour les offices) sobre et digne dont nous sommes enchantées et que nous inaugurons pour la Toussaint.
    Le réfectoire lui-même demande plus de travaux que nous ne pensions. La nécessité de reprendre des fentes dans les murs nous conduit à réaliser un arc. Monsieur Vidal peut exercer son grand art et son talent de plâtrier et de tailleur de pierre à la gloire de l’art roman. Fernand, notre électricien, veille à tout et fait des prodiges pour retrouver et adapter les lignes aux nouvelles nécessités d’éclairage et de sonorisation. Tous les conseils sont bons à prendre et nous en faisons bon profit. Il faut aussi aménager une annexe dans ce qui était la sacristie. La taille étant plus « humaine » nous repeignons nous-mêmes.
    Noël approche et il reste encore beaucoup à faire : peinture à la chaux, installation d’un poêle, traitement phonique du mur du fond, montage des meubles de l’annexe et carrelage du coin cuisine, etc…
    Parallèlement, des progrès incontestables ont été réalisés pour l’acoustique de l’église. Les bancs des fidèles ont été tapissés. Pour le mur du fond, et le dos des stalles il faut maintenant passer du provisoire au définitif, et ce n’est pas facile. Monsieur Leroux, menuisier, a proposé un nouveau prototype d’abat-sons (version 5 ou 6) qui va servir de base, nous l’espérons.
    Nous rêvions l’année dernière d’offrir une nouvelle crèche à l’Enfant Jésus. Grâce à vous chers amis, ce rêve est devenu réalité et nous vous en remercions vivement. Cette étape franchie ouvre une nouvelle perspective : la dédicace. Alors que retentit le cri du prophète : « que toute vallée soit comblée, toute montagne et toute colline abaissées», nous pressentons ce qui nous attend comme préalable à cette grande cérémonie de consécration : passer d’un environnement de chantier à un espace sacré. Mais il faut d’abord terminer les aménagements intérieurs, et entrer dans l’année nouvelle. Merci de nous accompagner encore.
    Avec les bergers et les mages, nous présenterons à la crèche toutes vos intentions dans un grand sentiment d’action de grâces et de confiance. Que Notre-Dame, comme une étoile, répande sur tous la douce clarté de sa paix.