Chantier de juin 2018

    Après le 22 octobre dernier nous pensions avoir accompli notre plus gros chantier monastique avec la dédicace de notre abbatiale, et pouvoir vivre des jours tranquilles sous le soleil, aux pieds des Pyrénées. Rien de tel ne s’est produit. Avions-nous oublié ces trois petits mots prononcés par le prêtre à la fin de nos messes quotidiennes ? « Ite missa est ! » (Allez en mission). Le gros chantier a donc essaimé cinq chantiers depuis ce début d’année… A l’un de ces enfants qui se plaignait de fatigue, saint Jean Bosco lui répondit : « Nous nous reposerons au Paradis ! »

    Chantier n°1 : L’extension du cimetière dans les sous-bois, notre future demeure !

    Chantier n°2 : Poursuite des travaux près de l’abbatiale : pose d’un mur et d’un portail d’accès délimitant l’accès des fidèles et visiteurs d’avec notre jardin monastique.

    Chantier n°3 : Installation d’un portail au niveau du parking et du pont d’arrivée.

    Chantier n°4 : Installation de la miellerie dans notre ancienne « menuiserie » qui était, en réalité, une vaste pièce de rangement. Grand chantier qui pourrait néanmoins être réalisé dans les 2 mois à venir, nécessitant cependant : l’isolation complète du bâtiment construit primitivement comme un hangar, la pose d’un carrelage sur une grande surface, la mise en place de panneaux « sandwich » pour isoler la zone de maturation du miel de l’atelier de rangement, réparation du matériel, installation de l’arrivée d’eau chaude…

    Chantier n° 5 : L’agrandissement de la fromagerie. Depuis longtemps déjà ce chantier nous préoccupe. Les chambres d’affinage ne sont pas suffisamment grandes pour recevoir tous les fromages et ce manque de place donne un travail supplémentaire aux fromagères qui doivent chaque semaine décaler plus de 500 tommes, avec une moyenne de 4 kg, nous vous laissons faire le calcul de manutention effectué… Il nous faut donc envisager la construction d’un nouveau bâtiment d’environ 50 à 60 m2, accolé à la fromagerie pour respecter les normes d’hygiènes indispensables et assurer « la marche en avant » des produits.
    Alors que nous travaillons aux biens messianiques en essayant de faire du Pesquié « une terre où ruissellent le lait et le miel » puisse notre Seigneur nous accorder la manne dont nous avons besoin. Ne pouvant la conserver d’un jour sur l’autre, nous n’avons rien et espérons tout de Lui ! Chers amis bienfaiteurs et bâtisseurs nous formulons cette prière pour vous aussi, demandant au Sacré-Cœur de vous accorder des grâces en abondance pour ces mois d’été.