Chantier de septembre 2017

    Chers amis bâtisseurs,

    Grâce à la campagne de  Credofunding et à votre réponse généreuse à notre appel, le parvis a pu être réalisé au début du mois d’août. Les travaux ont été menés de main de maître par l’entreprise Pimenta. Les imprévus n’ont pas manqué : ouvrir une tranchée est toujours une aventure, or il fallait raccorder les nouveaux réseaux aux anciens et en prévoir de futurs… C’est un bel espace qui s’ouvre devant l’église en pavés du Portugal. Quelques mètres carrés sont ainsi gagnés sur la jungle environnante qui attend les prochains aménagements.

    Le 8 septembre, Monsieur Bagna, orfèvre de Rochefort-sur-Loire et ami de Monsieur l’Abbé Richard, apporte le tabernacle qu’il a réalisé. Il prépare les appliques des cierges qui seront posées sous les croix de Dédicace dans les jours à venir.

    Monsieur Vidal restaure un ancien bénitier avec son art habituel toujours inventif et le place à l’entrée des fidèles sur un support de ferronnerie finement travaillé en feuille de lauriers.

    Parallèlement, vingt croix en granit sont plantées au cimetière à la place des croix de bois qui n’ont pas résisté aux intempéries. Les dalles de pierre portant les noms des moniales d’Ozon maintenant au Pesquié, sont aussi nettoyées et rénovées.

    Grâce à vous, la galerie qui viendra rythmer la façade nord du bâtiment donnant sur le parvis, pourra être montée dans les jours à venir et les travaux du parking sont en bonne voie.
    Mais il reste à déplacer les montagnes…et à tracer les chemins.
    « Si vous avez de la foi comme un grain de sénevé, vous direz à cette montagne, déplace–toi d’ici à là, et elle se déplacera ; et rien ne vous sera impossible. » Mt 17, 20 … Cher amis, nous vous confions ce grain de sénevé pour que tout devienne possible. Ce chantier de construction et d’aménagement, par votre soutien si généreux et cette communion de charité, nous fait entrer dans le vaste chantier de l’édification de l’Eglise.

    Nous vous assurons de notre prière fervente et de toute notre reconnaissance.