Chantier été 2013

    Chers amis bâtisseurs,
    Depuis notre dernière lettre, le chantier de l’abbaye s’est transformé en une véritable fourmilière où tous les corps de métiers travaillent à l’unisson : maçonnerie, électricité, plâtrerie, plomberie, peinture, se succèdent et avancent les travaux de la sacristie, du magasin et de la ruelle. Nous pouvons à ce stade mettre également nos compétences au service du chantier, et les novices s’en donnent à cœur joie !
    A la sacristie le carrelage a pu enfin être posé début avril, après un long temps de séchage de la chape béton. Cette étape accomplie, nous avons pris la suite activement pour réaliser nous-mêmes tout ce qui est à notre portée : nettoyage et traitement des carreaux de terre cuite ; ponçage, imprégnation au fond dur et finition à la cire d’abeille de l’abbaye de Maylis des placards en noyer. La plus grande partie de ces boiseries a été rapportée d’Ozon, remise à neuf et adaptée à cet aménagement, par l’entreprise Soueix-Leroux de Castelnau-Durban.
    De son côté le magasin prend tournure. Grâce aux nombreux conseils d’amis, de professionnels, de moines ou de laïcs français ou espagnols !… chaque recoin est utilisé au maximum de sa capacité puisque ce nouveau magasin sera plus petit mais plus fonctionnel que l’ancien. L’espace entre l’église, la sacristie et le magasin, passage ouvert dit “la ruelle”, est réalisé en calade de galets de rivière posés par une équipe de maçons très motivée par Pascal Almeida, aidée de moniales et novices pour les parties ornementales : une belle réussite.
    Nous espérions inaugurer la sacristie et le magasin le 11 juillet pour la fête de notre Père saint Benoît, mais cette échéance s’avère trop courte malgré le déploiement de toutes les bonnes volontés ! Nous poursuivons donc avec une ardeur toujours plus grande et faisons notre cet adage “fais de ton mieux, puis laisse faire Dieu !”
    Et qu’en est-il de l’église diront certains ? Une importante réunion de maîtrise d’œuvre à la fin du mois de juin laisse espérer pour l’automne la reprise des travaux interrompus depuis un an. Nous avons choisi les vitraux, heureuses qu’ils soient réalisés par le Père Emmanuel d’En-Calcat et Matthieu Gasc, petit-fils d’Henri Guerin. Le problème majeur des voûtes est pratiquement résolu, par la création d’arcs doubleaux dans le prolongement des piliers. Quant aux absidioles une première voûte attend d’être mise en place, ce qui est prometteur pour la suite.
    Chers amis et bienfaiteurs, nous confions toujours plus à vos prières et votre générosité ce chantier laborieux mais porteur d’espérance.!