Chantier Printemps 2013

    Chers amis bâtisseurs,
    Malgré les techniques modernes qui devraient faciliter la rapidité des travaux, nous partageons la condition des moines bâtisseurs du Moyen-Age, et nous apprenons que “pour construire, il faut du temps”. Après des débuts spectaculaires, l’église se réduit toujours à ses murs et son toit. Le volume est prometteur mais l’intérieur est battu par le vent et surtout la pluie et même la neige. La pluie, si bienfaisante pour la terre était cet hiver un vrai fléau pour le chantier. Sans pitié elle a souligné les moindres défaillances. Le problème majeur demeure celui du clocher où l’eau entre à l’intérieur sans scrupules et ruisselle à l’extérieur le long de la façade, bravant toutes les barrières et tous les dispositifs savants d’étanchéité. L’eau se rit des défenses humaines ! Grâce à l’aide d’un nouvel ami nous lancerons une offensive dès les premiers beaux jours.

    Et l’église ? nous demande-t-on souvent. Après plusieurs mois “d’attentisme” une reprise en main s’avérait nécessaire, elle est en cours, et grâce à une collaboration renforcée, les travaux vont pouvoir prendre un nouveau départ, nous vous donnerons un calendrier plus précis en juin.
    D’ici-là nous espérons terminer la sacristie qui devait être inaugurée à Pâques, mais qui voit ce terme repoussé ; nous espérons avant la Trinité ! La chape d’enrobage du chauffage au sol, coulée fin novembre, n’a pas séché de l’hiver malgré les moyens mis en œuvre : installation de saint Joseph en première ligne, chauffage intensif grâce au zèle de l’entreprise ventilation régulière, déshumidificateur… nous attendons toujours le verdict du test d’humidité du “chapiste” pour carreler.
    Le temps a ceci de bon qu’il permet la réflexion. Ainsi Notre Mère a-t-elle eu l’inspiration de modifier la destination de la pièce primitivement dévolue “aux coulles”. Très ouverte sur l’extérieur, celle-ci devient tout naturellement le magasin et donc l’accueil. Grâce au dévouement et à la compétence du Père Matthieu de l’Abbaye de Mondaye, en trois jours tout prend forme sur le papier ! Avec une délicatesse qui n’a d’égale que son expérience, il nous aide à définir nos souhaits et organise l’ensemble en maintenant toujours la spécificité monastique.

    Un nouveau défi s’offre à nous. Ouvrir cette pièce d’accueil, qui unit les anciens bâtiments à l’église, avant la fin du moins de juin.

    Ces trois mois seront mis à profit pour préciser les derniers détails. D’ici-là il nous faut trouver 50 000 € pour ne pas pénaliser la reprise des travaux de l’église.

    Chers amis nous comptons encore sur vous. Nous savons ces temps difficiles pour tous et nous vous sollicitons avec une confiance toute évangélique sachant que “quiconque demande reçoit”. Merci de votre prière et de votre aide, sans vous nous ne pouvons mener cette œuvre à bonne fin. Nous vous remercions de nous faire partager, par vos courriers, vos joies et vos peines. Dieu les prend dans la gerbe de louange et d’intercession qui s’élève chaque jour vers le ciel. Avec vous, nous portons les grandes intentions de l’Eglise, de notre pays et des familles. Que saint Joseph, en ce mois qui lui est consacré “nous obtienne ce que nous sommes incapables d’obtenir par nous-mêmes” et selon le vœu de notre Saint Père Benoît XVI, allons de l’avant.